Femme au sexe de pain, où se pétrit le genre humain...

J’ai fait l’amour avec le vent

Qui déboulait sur le rivage

Pour que les rites de l’orage

Cerclent de brume le couchant.

 

J’ai fait l’amour avec la terre

Quand le soleil plissait les yeux

Et s’en allait aventureux

Noyer les cieux de sa lumière.

 

J’ai fait l’amour avec l’oiseau

Qui saluait de ses bruits d’ailes

L’aurore aux douceurs mirabelle

Livrant le jour comme un cadeau.

 

J’ai fait l’amour avec le rêve

Qu’un magicien venu trop tard

Cueillait dans l’eau de mon regard

Quand le soir mourait sur la grève.

 

J’ai fait l’amour avec la mer

À l’heure où sa vague farouche

Creusait la houle qui se couche

Croyant séduire l’univers.

 

J’ai fait l’amour avec les mots

Qui s’attardaient sur ma fenêtre

Pour offrir l’éclat de leurs lettres

Dans des accents à fleur de peau.

 

J’ai fait l’amour avec le temps

En dessinant tous mes voyages

Au cœur d’un beau livre d’images

Malgré la fuite de l’instant.

 

J’ai fait l’amour avec le monde

Quand tu m’as prise dans tes bras

Pour y tisser un canevas

Où le désir mène la ronde.

 

J’ai fait l’amour avec la vie

Apprivoisant une espérance

Qui sur les rives du silence

S’offre au destin sans préavis.

 

J’ai fait l’amour dans le grand lit

De ce futur au goût de cendre

Qui m’emportait dans ses méandres

Vers les frontières de l’oubli.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *