Femme au sexe de pain, où se pétrit le genre humain...

Très chère poésie, sous ton grand chapiteau,

Mon rêve qui s’enlise éclaboussé d’écume,

Accrochait une étoile au mât de ton bateau.

 

Il dérive à dessein, pour signer sur la brume,

L’errance d’une vie dérobant au hasard,

Des soleils vacillant sur des regrets posthumes.

 

J’ai souvent naufragé dans l’eau de ton regard,

Pour mieux me souvenir d’un écho sur la rive,

Refusant d’accepter la douleur d’un départ.

 

Quand s’évanouissait l’espérance captive,

Se parait de cristal, à l’orée d’un matin,

La fragile ferveur d’une larme furtive.

 

Tu savais retenir un beau jour qui s’éteint,

Sur l’horizon clouté d’un appel immobile,

Que dévoile pensif, un futur incertain.

 

Tu avais des mots bleus pour les heures dociles,

Venues innocemment nous raconter l’amour,

Et la douceur du soir endormi sur la ville.

 

Combien de temps encore écouter ton discours,

Épouser la magie de tes métamorphoses,

Saluant du destin, l’impossible retour.

 

Sur ta lèvre éblouie, quand un baiser se pose,

Naissent des harmonies, que le printemps jaloux

S’efforce d’insuffler, dans la beauté des roses.

 

À l’angle de tes mots, ne plus craindre le loup!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *