Femme au sexe de pain, où se pétrit le genre humain...

Une larme incertaine

Profile l’avenir

Au jardin de l’hiver.

Ne pars pas mon amour!

 

À la croisée des heures

L’attente ivoirine

Déchire la nuit.

Ne pars pas mon amour!

 

S’étoile clandestine

L’aube que cadence

Un vieux rêve oublié.

Ne pars pas mon amour!

 

Perdure un vertige

Au ciel démaquillé

Pillant un cri d’oiseau.

Ne pars pas mon amour!

 

S’abîme en prière

Une rouge fleur

Sur l’errance des ombres.

Ne pars pas mon amour!

 

La matrice du temps.

Se mutile sauvage

En brûlure de chair.

Ne pars pas mon amour!

 

Tangue perlée de sel

L’écume estampillée

Au plissé de la mer.

Ne pars pas mon amour!

 

Un désir de métal

Vrille sur le silence

Son empreinte de pierre.

Ne pars pas mon amour!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *